Histoire du château

Construit en 1881, période de prospérité pour la région, Château Mansenoble est une belle maison de maître entourée d’un jardin arboré, de dépendances ainsi que d’une cave voûtée de 750 m2.

Le nom de Mansenoble reprend celui d’une vielle parcelle de carignan. Son décodage étymologique serait le suivant: La Manse fait partie intégrante de l’organisation interne des grands domaines de France du Moyen-âge. A cette époque, le manque de numéraire empêche de payer le travail en espèces. La richesse, essentiellement foncière, génère un système d’économie fermée, qui rend indispensable l’intéressement à leur travail des cultivateurs libres. Aussi divise-t-on les grands domaines en parcelles et manses. Chaque manse comprend sa maison, son enclos, les dépendances et une certaine étendue de terre, librement cultivée par son occupant, mais avec charge de redevances.

C’est la famille Huc, important propriétaire viticole, que l’on retrouve dès le 17eme siècle à Moux, qui fit construire le domaine actuel.

Il resta dans la famille jusqu’à la fin 1992 où il fut repris par Guido et Marie-Annick Jansegers-De Witte, courtiers en assurances en Belgique.

Grand amateur de vin et fort de l’expérience acquise dans les différents vignobles européens en tant que chroniqueur oenologique, il décide, à 50 ans, de tout abandonner pour entamer une seconde jeunesse et faire un vin à son goût et selon sa conception.

Le choix des Corbières est un choix raisonné, c’est la région viticole de France au plus grand potentiel. De plus, ses variétés de cépages permettent au vigneron qui les assemblent de pleinement s’exprimer.

Dès janvier 1993 ils se sont mis à la tâche, attaquant trois chantiers de front : l’aménagement de l’habitat, la transformation et l’équipement des gîtes, et surtout la modification de la cave. Elle a été entièrement carrelée et peinte, équipée de cuves inox thermorégulées, d’un égrappoir, d’un pressoir mobile venant se placer devant chaque cuve, d’un chai à barriques etc.

Grâce à ces aménagements et aussi au fait qu’ils ont pu écrémer les 36 ha que comptait la propriété lors de sa mise en vente pour ne garder que les 20 ha les plus intéressants (meilleurs parcelles et cépages), ils ont pu démarrer avec une matière première de qualité.

Les résultats dépassent les prévisions. Pluies de médailles, d’articles de presse et de classement élogieux ne se sont pas fait attendre. Même Robert Parker les distinguent puisqu’il les classent dans sa liste des meilleurs producteurs mondiaux.

La modernisation de la cave et la nouvelle méthode de vinification apporte une amélioration immédiate dans la qualité du produit mais connaît ses limites. L’amélioration continue se fait à la vigne. La modification de la taille (taille courte), l’apport d’engrais organiques, l’utilisation de fils releveurs, la prise d’âge des plus jeunes vignes, sont des éléments qui contribuent à apporter en cave une matière première qui s’améliorera d’année en année.

Sachant que la plupart des belges sont grands consommateurs de bordeaux, il n’est pas impossible que l’influence bordelaise se retrouve dans les vins de Mansenoble.

Point de macération carbonique, pas de pompe à vendanges ni de pompe à marc (tout se fait par gravité), et un éraflage complet. Vinification par cépage et par parcelle, longues cuvaisons sous contrôle des températures, pressurage léger, passage en barriques, collage au blanc d’oeuf. Tout est mis en oeuvre pour extraire une bonne matière tout en préservant la finesse des tanins. Si l’on y ajoute les dons d’assembleur de Guido Jansegers, on obtient un produit final qui, si l’on voulait le comparer au style des vins de Bordeaux, ferait de Mansenoble plutôt un Saint-Julien.

Le cabernet sauvignon et le merlot donnent, en vin de cépage (Vins de Pays des Coteaux de Miramont) ou assemblés avec un peu de carignan en macération semi-carbonique, de très bons résultats.

L’engouement de la presse pour les vins de Mansenoble en faitun point de passage obligé. La dégustation au caveau permet d’utiliser le plus grand « crachoir » des Corbières (la mangeoire de l’ancienne écurie aménagée).

Les plus rapides ou les plus débrouillards, qui ont loué à temps un des très confortables gîtes superbement équipés, bénéficient tout au long de leur séjour de l’ambiance conviviale qui règne sur le domaine ainsi qu’autour de la piscine.